L'oeil Du Prince

  • Et si on ne se mentait plus ? raconte l'amitié de Lucien Guitry, Jules Renard, Tristan Bernard, Alfred Capus et Alphonse Allais. Au cours de déjeuners mémorables chez Lucien au 26, place Vendôme, ces cinq stars de la Belle Époque ne s'arrêtaient de sourire que pour rire aux éclats. Lors de ces moments fraternels les répliques fusent et le vin coule à flots. Pourtant, en octobre 1901 ils font face à un tournant dans leur amitié : pendant que les uns doivent faire un choix entre la gloire et l'amitié, d'autres se demandent si, pour une femme, ils peuvent mentir à leurs amis. Et pour de l'argent ?
    Le mensonge, surtout en amitié, c'est ce qui met du poivre dans le sel de l'existence.
    Dans cette première pièce, les auteurs parviennent à restituer avec brio la saveur particulière de l'amitié qui unit ces cinq hommes de lettres.
    Émaillée de citations croustillantes, mais aussi de trouvailles originales, cette pièce tout entière est un hommage au bel esprit qui illumine les lettres françaises et brille avec un éclat particulier au théâtre.

  • Hommages et rages

    Collectif

    2 à 3 personnages ; décors : une salle de rédaction, appartements, la rue, un bureau ; durée : 5 à 10 minutes par pièces.



    Après Charlie et les attentats du 13 novembre, neuf auteurs maison ont écrit chacun une scène selon le double sujet du deuil et de la colère mais aussi de la rage de vivre, de vouloir monter sur scène pas tant pour en faire une tribune que pour dire la vie avec des mots d'aujourd'hui. Elles soulignent un moment que nous avons partagé, elles marquent notre époque. Insolences, tendresses, rires, larmes : au théâtre, tous les coups sont permis.

empty