Les Impressions nouvelles

  • Il y en a qui ont fait du théâtre en attendant de pouvoir faire du cinéma. D'autres qui ont été influencés par la scène et en ont témoigné dans leurs films. D'autres encore qui se sont fait connaître par le cinéma et ont attendu longtemps avant de tenter l'expérience théâtrale. Quel que soit leur parcours, ces artistes expriment le lien profond, parfois problématique ou paradoxal qui unit cinéma et théâtre. On dit qu'au cinéma, c'est la mise en scène qui est première, alors que sur les planches, ce sont le texte et les acteurs qui règnent ; parfois, ce n'est pas si simple. Une dizaine de créateurs et créatrices de premier plan, forts de leur expérience, s'expriment ici sur les deux domaines. Deux passions qui n'en font qu'une : mettre en scène.

  • Ce livre entend restituer pour un large public l'essentiel des travaux et des débats du colloque international qui s'est tenu Bordeaux du 18 au 21 juin 2019. Ce colloque a réuni une trentaine d'universitaires, d'artistes, de spécialistes de l'oeuvre de Jean-Philippe Toussaint, en provenance de 11 pays et de plus de 20 universités et institutions. Organisée en présence de l'écrivain, diffusée en temps réel sur internet, cette manifestation a eu l'ambition de contribuer à un renouvellement des modes de partage et de transmission dans le domaine de la littérature contemporaine et de sa critique. C'est Benoît Peeters qui a eu la charge d'en « modérer » les discussions.
    Avec des contributions d'écrivains comme François Bon, Emmanuel Carrère, Marianne Kaas et Michiaki Tanimoto.

  • Comment définir ce qu'est « la direction d'acteur » ? Pourquoi y a-t-il si peu d'ouvrages sur la question ? Quel est ce « mystère » ? Entre acteurs et réalisateurs, quelle émulation, quels rapports de force ?
    Les cinéastes vampirisent-ils leurs acteurs, et inversement ?
    Les propos des cinéastes et metteurs en scène ne sont jamais théoriques. Ils transmettent leurs méthodes de travail. Ils racontent leurs expériences et évoquent les acteurs avec lesquels ils ont travaillé...
    Autant de cas d'école passionnants.

  • Le Musée des Beaux-Arts de Liège (BAL), en Belgique, possède une collection de planches originales de bande dessinée recelant quelques trésors exceptionnels. Les signatures les plus exemplaires (...)

  • Basé sur des entretiens avec Michel Blanc, Nicole Garcia, Mathieu Amalric, Maria de Medeiros, Emmanuel Mouret, Joseph Morder, Guillaume Gallienne et Emmanuelle Bercot, l'ouvrage aborde les relations complexes entre réalisateurs et comédiens, ainsi que les motivations qui peuvent amener à occuper l'une ou l'autre de ces fonctions.

  • Depuis 1995, le marché français de la bande dessinée connaît une progression continue du nombre de titres publiés. Cette situation a changé les stratégies des éditeurs et les pratiques professionnelles des diffuseurs et des libraires, dans le sens d'une industrialisation des pratiques. Comment faut-il comprendre cette évolution ? Doit-on s'en inquiéter ou s'en réjouir ? Quel impact a-t-elle sur les lecteurs ? Menace-t-elle la création ou favorise-t-elle la diversité ? Des éditeurs, diffuseurs, libraires, universitaires, journalistes, spécialistes et auteurs analysent sous des angles très divers la situation actuelle de la bande dessinée sous l'oeil vigilant de Mathieu Sapin et Benoît Peeters qui en proposent chacun à leur manière des synthèses éclairantes. Ce volume, le premier à interroger la situation économique de la bande dessinée en langue française, est appelé à devenir une référence.

  • Écrit à l'envers, Redrum signifie Murder (Meurtre). C'est le signifiant tracé avec du sang par le jeune fils de Jack Torrance dans le film de Stanley Kubrick The Shining, alors que son père est le meurtrier et que la peur est partout dans le grand hôtel.Dans ce livre choral, des écrivains, des philosophes, des poètes et des artistes se proposent de penser ce fait, cette cause et ses conséquences, cette arme chargée à bloc : il y a du fascisme partout. Par les moyens du poème, du récit, de l'essai et de l'image, ils tentent une critique (pour combattre) et une clinique (pour soigner) de ce fascisme en mettant à l'oeuvre, tout un chacun, un anti-fascisme littéraire. Toutes les pensées et toutes les écritures ont été convoquées pourvu qu'elles considèrent la question aujourd'hui d'un certain fascisme, d'une certaine crise dans le politique et dans la pensée. Un certain antifascisme alors a pu se dire qui initie à nouveau frais un usage poétique de la critique en politique.

  • Alors que Steven Spielberg vient d'adapter Tintin au cinéma, achevant de le mondialiser et le faisant découvrir à de nouvelles générations, tout laisse à penser que l'oeuvre d'Hergé n'a pas encore livré tous ses secrets.
    Peut-être faut-il voir dans cet aspect inépuisable l'indice le plus sûr que les vingt-quatre albums des Aventures de Tintin représentent bel et bien une mythologie pour notre temps. Cinq des meilleurs spécialistes d'Hergé proposent dans ce volume une série de lectures surprenantes et novatrices ...

  • En octobre 1991, il y a un quart de siècle, Pourquoi nous ne sommes pas nietzschéens paraissait chez Grasset. Quelques philosophes français se targuaient de ne pas l'être, ou de ne plus l'être, enfin :
    De ne plus vouloir le devenir, jamais.
    Nous voulons promettre ici le contraire : nous aurons à devenir nietzschéens car le temps présent nous impose cette réévaluation.
    Ce livre dévoile et développe les pensées et les écritures dont nous avons grandement besoin aujourd'hui pour en finir avec tous les nihilismes du mécontemporain : que le crime et la honte soient la part de la religion, de la politique ou de la morale.

  • Amenés à travailler par projets, créant des structures de production ou engageant des équipes de collaborateurs pour mener leurs travaux à bien, les artistes de toutes disciplines sont appelés aujourd'hui à adopter de plus en plus souvent des modes de fonctionnement proches de ceux des entrepreneurs.
    Une quarantaine de contributions, émanant de chercheurs belges, français et hollandais, s'interrogent sur cette évolution, la resituent dans son contexte historique, étudient les questions qu'elle pose sur les plans juridique, économique, politique et social, mettent en lumière les rapports complexes entre les mondes de l'entreprise et ceux de l'art Des acteurs de terrain apportent aussi leur point de vue et témoignent de leur expérience.
    Musiciens, écrivains, plasticiens, danseurs, hommes et femmes de théâtre, artistes numériques... : sont-ils tous des entrepreneurs ?

  • L'origine du Mundaneum remonte à la fin du XIXe siècle. Créé à l'initiative de l'un des pères de la bibliographie, Paul Otlet (1868-1944), et du Prix Nobel de la Paix Henri La Fontaine (1854-1943), le projet visait à rassembler l'ensemble des connaissances du monde. Le Mundaneum devint un centre de documentation à caractère universel. Installé à Mons depuis 1998, le Mundaneum est aujourd'hui un centre d'expositions et de débats. Un lieu dont la mise en valeur, à l'heure d'Internet et de Wikipedia, apparaît plus nécessaire que jamais, et donc le présent guide contribue à faire découvrir les richesses.

  • FPC, Formes poétiques contemporaines veut montrer et décrire, sans exclure aucune tendance, les formes qui s'inventent ou s'utilisent dans toutes les poésies d'aujourd'hui.
    Pour cette raison, FPC est beaucoup plus une revue sur la poésie qu'une revue de poésie : les auteurs décrivent et analysent, exemples à l'appui, des formes poétiques pratiquées par des auteurs vivants.
    La revue publie un volume annuel d'environ 300 pages.

    1 autre édition :

  • Le 15 octobre 1905 commençait à paraître dans la presse américaine une bande dessinée qui allait révolutionner le monde de la narration par l'image : Little Nemo in Slumberland. Winsor McCay, qui fut aussi un des pionniers du dessin animé, a créé avec son " petit Nemo " un personnage tout aussi attachant que l'Alice de Lewis Carroll. Par la qualité, voire l'audace de ses dessins, par la subtilité de sa réflexion sur le monde du rêve, Little Nemo reste un exemple inégalé. Pour beaucoup d'auteurs et de critiques, il s'agit même de la plus belle bande dessinée de tous les temps. L'oeuvre de McCay restait pourtant peu étudiée et médiocrement éditée. Alternant études des meilleurs spécialistes de la bande dessinée et hommages des plus grands auteurs, cet album voudrait profiter du centenaire de Little Nemo pour lui donner enfin sa vraie place.

  • Dans ce livre, il s'agira de déconstruire l'idole du spectacle, l'homme du ressentiment, le mâle blanc en crise culturelle, un certain fascisme, un sexisme certain et un anti-modernisme qui tuent la littérature dans la pensée et la pensée dans le roman de gare.
    En 1991, dans son essai sur Lovecraft, l'écrivain annonçait sa couleur ; ce sont semble-t-il les dernières lignes du dernier écrivain sur terre : « Offrir une alternative à la vie sous toutes ses formes, constituer une opposition permanente, un recours permanent à la vie :
    Telle est la plus haute mission du poète sur cette terre ». Houellebecq écrira donc contre la vie et contre le monde (sous-titre donné à cet essai sur Lovecraft), c'est ce que sa nonlittérature et non-poésie tentent salement encore en 2019.

  • "Le modèle a bougé" : c'est en ces termes, empreints d'ironie, qu'Edgar Degas qualifia un jour les portraits réalisés par son contemporain Eugène Carrière, dont la pratique picturale se caractérisait par un certain flou.
    Etrange confusion entre la réalité du modèle et le procédé interprétatif de l'artiste... Au-delà de la dérision, Degas pose deux questions, étroitement liées l'une à l'autre : celle du rapport de l'artiste à son modèle et celle de sa relation au mouvement et à l'image.

  • Figure emblématique de la documentation, Paul Otlet (1868-1944) continue de fasciner. Novateur, il a accompli une oeuvre originale dans des domaines aussi diversifiés que la bibliographie, la photographie, la schématique, l'encyclopédie ou encore la muséographie. Précurseur, il anticipe avant la seconde guerre mondiale l'arrivée d'Internet et, avec son fidèle ami Henri La Fontaine (Prix Nobel de la Paix en 1913), pose les bases du Mundaneum, une sorte de Google de papier à vocation pacifiste. Utopiste, il travaille à construire une société idéale et conçoit avec l'aide de Le Corbusier un projet de Cité mondiale.


    Dans cet ouvrage, des spécialistes d'horizons divers abordent ces thématiques. Par leur contribution, ils jettent un éclairage tout à fait neuf sur un personnage incontournable de la première moitié du XXe siècle.

    Centre d'archives et espace d'exposition, le Mundaneum est situé à Mons (Belgique) où sont conservées les archives de Paul Otlet et Henri La Fontaine.

  • À l'occasion de l'exposition Manières Noires, qui aura lieu du 2 octobre 2010 au 13 février 2011 au BAM (musée d'Art Contemporain de Mons), les Impressions Nouvelles coéditent avec la ville de Mons un catalogue luxueux, dont chaque chapitre est signé par un spécialiste et illustré par de nombreuses reproductions. Monographie autour de la couleur noire dans les arts, depuis les années 50, avec Henri Michaux ou Jean Dubuffet, jusqu'à de grandes figures contemporaines, tel Christian Boltanski. La diversité des noms - illustres ou plus méconnus -fait écho à la variété des supports (peinture, photographie, bande dessinée, installations, objets...). La couleur noire sert de fil d'Ariane pour naviguer au travers des époques et des disciplines, de l'art muséal jusqu'au design et à la mode, en passant par les arts de l'image et la bande dessinée.

  • À l'occasion de l'exposition Manières Noires, qui aura lieu du 2 octobre 2010 au 13 février 2011 au BAM (musée d'Art Contemporain de Mons), les Impressions Nouvelles coéditent avec la ville de Mons un catalogue luxueux, dont chaque chapitre est signé par un spécialiste et illustré par de nombreuses reproductions. Monographie autour de la couleur noire dans les arts, depuis les années 50, avec Henri Michaux ou Jean Dubuffet, jusqu'à de grandes figures contemporaines, tel Christian Boltanski. La diversité des noms - illustres ou plus méconnus -fait écho à la variété des supports (peinture, photographie, bande dessinée, installations, objets...). La couleur noire sert de fil d'Ariane pour naviguer au travers des époques et des disciplines, de l'art muséal jusqu'au design et à la mode, en passant par les arts de l'image et la bande dessinée.

  • FPC, Formes Poétiques Contemporaines veut montrer et décrire les formes qui s'inventent ou s'utilisent dans toutes les poésies présentes au présent, c'est-à-dire dans le domaine des auteurs vivants. Pour cette raison, FPC est beaucoup plus une revue sur la poésie qu'une revue de poésie. Elle donne la parole à des auteurs qui s'expriment sur leur propre pratique en commentant des échantillons de poèmes (inédits ou non). Elle mélange témoignages sur des travaux en cours, interviews de poètes, et analyses approfondies d'oeuvres sans exclure aucune tendance.
    La revue publie un volume annuel d'environ 300 pages.

empty