Hélène Vignal

  • Au Pays des Trois Provinces, les habitants sont partagés entre sédentaires et ambulants. On se méfie toujours un peu de ceux-là qui, allant de foire en foire, connaissent trop de secrets. Mais l'arrivée au pouvoir de Baryte Myrtale, un jeune roi épris de modernité, va tout bousculer : désormais, les ambulants seront assignés à un territoire. Certains d'entre eux vont refuser de perdre leur liberté. Parmi eux, Grouzna, une étrange jeune fille qui sait deviner le destin de chacun. Une fable fascinante et poétique sur le pouvoir des histoires et la révolte collective.

  • Dans le parc d'un château, un jeune pirate au nom de Petit-Sabre est envoyé travailler comme jardinier. Un soir, il fait la connaissance d'une fille aux cheveux blancs, qui dit s'appeler Morille et chante comme un sirène. Pourquoi les adultes font-ils tout ce qu'ils peuvent pour les éloigner l'un de l'autre ? Un émouvant conte autour de deux enfants qui ne devraient pas s'aimer.

  • Vivien vit dans une grande famille, au sein de laquelle il passe souvent inaperçu. Ce qui l'entraîne à penser qu'il possède un don, celui d'invisibilité ! Lui, qui aime beaucoup les expériences scientifiques commence à tenir le registre de toutes les fois où personne ne s'est aperçu de sa présence. Le portrait plein d'humour d'un gamin décalé et ingénieux...

  • Neuf histoires d'adolescents confrontés à des situations nouvelles et parfois difficiles, qui vont devoir réagir en faisant le bon geste.
    « On peut toujours faire quelque chose » : telle est la phrase-clef de ce livre. Dans cette ronde de situations très diverses, heureuses ou pas, il s'agit de « ne rien lâcher ». Chaque nouvelle se lit séparément, mais certains personnages circulent d'une nouvelle à l'autre, créant une communauté positive d'adolescents.

  • Passer au rouge

    Hélène Vignal

    Lorsque Boris est arrivé en sixième avec des chaussures rouges, on l'a appelé Boris le clown. Il a vite compris qu'au collège, il valait mieux être comme tout le monde et suivre la bande des durs. Les rigolades se terminent souvent en bagarre. Et parfois à l'hôpital, comme pour Teddy, victime d'un jeu stupide organisé par Boris et deux de ses copains. Exclu pour une semaine, Boris lit dans les yeux de son père une grande tristesse. Et quand il voit à la télé les images d'un clown pris dans la guerre, toute la nuit il en rêve. Au matin, Boris a trouvé l'idée qui rendra son père fier de lui. Il va faire quelque chose contre la peur et la violence. Et cette fois-ci, son père sera à ses côtés.

  • Parce que sa mère a dû remplacer au dernier moment une collègue de travail, Louise doit annuler la semaine de camping avec elle et son meilleur pote (celui qui préfère les garçons.) et la passer chez sa grand-mère, en Bretagne. Cette dernière est une vieille dame en apparence parfaite, très gentille mais effrayée de tout. Comment faire pour la persuader de se mettre au camping à 72 ans ?
    Sur un ton drôle et offensif, Hélène Vignal nous emmène à la découverte du passé de sa grandmère.
    Et du don mystérieux qu'elle dissimule. Car sa grand-mère a un secret, qui pourrait, cette fois-ci, la mener au bonheur. Un roman plein de rebondissements.

  • À Satmine, une ville-enclave dont personne ne sort jamais, vit Nour, une jeune fille solitaire et différente.
    Elle se tient à l'écart de tout, notamment des fêtes obligatoires, et préfère se promener sur la rive du Fleuve, dont les eaux sont interdites. Et surtout, elle ne cesse de s'interroger sur le monde où elle vit. Estce bien la vérité qu'on lui raconte ?
    Un très beau roman de politique-fiction, qui est aussi un très beau portrait d'adolescente en recherche de vérité et de liberté.

    Nour vit à Satmine, une ville-enclave bordée par un Fleuve aux eaux interdites. Personne n'en sort jamais. Pourquoi les habitants le désireraient-ils, puisqu'ils ne manquent de rien ? Il y a régulièrement des fêtes, des cachets de rexaltium pour être toujours en forme, du travail aux mines de Karka pour les hommes et aux jardins potagers pour les femmes. Les enfants (un seul par famille), vont à l'école jusqu'à 15 ans et rejoignent ensuite les brigades de travail. Nour, qui aura justement bientôt 15 ans, profite des derniers mois qui lui restent en tant qu' « immature ». Depuis toujours elle a été différente : elle n'aiment rien de ce qui plaît aux autres. Aux amusements obligatoires, elle préfère se promener seule sur la rive du Fleuve, y faire des photos et fabriquer dans son grenier des boîtes vides. Surtout, elle se pose beaucoup de questions, depuis toujours.
    Pourquoi ne peut-on pas sortir de Satmine ? Est-ce parce que dehors, c'est la guerre ? Est-ce que les soldats qui patrouillent le long du Fleuve sont là vraiment pour les protéger ? Car c'est autour du Fleuve que semblent se produire des évènements inexpliqués. Des formes blanches y apparaissent, des explosions sur l'autre rive qu'elle est la seule à entendre. Ses interrogations vont se renforcer au moment d'une crue durant laquelle les habitants sont confinés chez eux. Jusqu'à ce qu'elle décide de franchir le pas, lors de la « dernière nuit de ses doutes ».

  • Zarbi

    Hélène Vignal

    Avant, ils faisaient du pain perdu, des câlins, des chatouilles et des parties de cache-cache. Maintenant si l'un d'entre eux rigole, les trois autres font bien attention à rester indifférents pour ne pas avoir l'air complices. En clair, c'est la guerre. La guerre entre les parents et l'ado de la famille: Landry. C'est arrivé comme ça: à coup de teinture dans les cheveux, de musiques zarbi, de mauvaises notes et de cris, la maison est devenue un véritable champ de bataille où tous les coups sont permis. Alors, la petite soeur Dîna monte le son de son CD pour ne plus rien entendre. C'est étonnant comme ils sont tous devenus laids dans cette famille. Il a disparu où, son chouette grand frère d'avant ?

  • Bière grenadine

    Hélène Vignal


    " on a enterré yvan hier.
    ça ne fait que vingt-quatre heures. sa moto a dérapé jeudi dernier. ça ne fait qu'une semaine. il ne me parlait plus depuis six ans. il me manquait depuis six ans. il était déjà absent. rien n'a changé. sauf que. " claire et yvan ont grandi ensemble comme frère et soeur. puis un jour, parce que leurs parents se sont trop aimés puis déchirés, ils ont dû effacer leurs enfances communes. ils avaient onze et douze ans et leur fraternité brisée, c'était juste des dommages collatéraux.
    leur douleur n'a eu aucune place dans l'histoire des adultes.

  • Trop de chance

    Hélène Vignal

    Dans le village, il y a une grande maison, derrière de hauts murs. Pour y entrer, il faut passer la main dans une petite trappe, sur le grand portail en face de l'épicerie, et tirer le loquet. C'est un passage secret pour les gens pas ordinaires comme nous. Et c'est interdit de dire aux autres ce qui se passe derrière ces grands murs. Même si c'est quelqu'un de la famille de mon père et de ma mère. Même si on a très envie. Et même si je ne comprends pas ce qui se passe derrière ces hauts murs, je ne dois pas poser de questions. Un jour, je comprendrai. En attendant, j'essaie de sourire et de croire que j'ai de la chance d'être née dans cette famille-là.


  • partir en vacances, on n'est pas habitués.
    c'est la première fois qu'on va à la mer, avec maman, mes frères et mes soeurs. quand on arrive à la gare, on a l'impression que tous les gens nous regardent, avec notre air un peu paumé et nos gros sacs à rayures. mais au moins, on passe pas inaperçus : ma mère discute avec tout le monde, charline fait son rire atomique, samy pleurniche et jessica répond. on est les vedettes du compartiment et maman est fière de nous.
    on arrivera tard au camping et on aura la plage à nous. on sera les rois du monde !.

  • Les sorcières sont en colère ! Elles, les spécialistes de la cruauté et des mauvais sorts, ne font plus peur à personne... Les humains sont maintenant plus méchants qu'elles, avec leurs vendeurs d'armes, leurs dictateurs et leurs pollueurs... Il leur faut reprendre le pouvoir, et vite ! Et si elles organisaient une fête de la cruauté ? Halloween pour de vrai, avec quarante mille vraies sorcières, venues de toute la planète, pour terroriser les hommes...

  • Pour faire le portrait d'une petite fille, pénétrez dans la forêt touffue de sa chevelure.
    Vous y trouverez peut-être un litchi, un ongle cassé, une goutte d'océan ou même un gros noeud : un étrange et fascinant inventaire d'objets. Comme ce petit garçon, imaginez les différentes facettes du caractère de cette fillette, tour à tour rêveuse ou sorcière... échevelée !

  • Entre philosophie et calembours, romantisme et fatalisme, l'auteur nous entraîne dans des échanges à la fois beaux, profonds et légers. À la suite de Marion et Christophe, couple en déroute, nous naviguerons entre élans du coeur et réflexions sur l'art de l'écriture et ses effets sur l'âme des Hommes, dans ce dialogue aux accents autobiographiques. « Enfant, la parole des sentiments fut l'écriture ». Ainsi Marie-Hélène Vignal décrit-elle sa passion pour les mots. La musique fait également partie de son univers.

  • Valentine fait le bonheur de ses parents : c'est une petite fille sage, vraiment sage, sage comme une image... Mais partout autour d'elle, Valentine voit les enfants s'agiter, crier ou faire des bêtises sous le regard, malgré tout bienveillant, des adultes. Valentine aussi voudrait bien savoir ce que cela fait d'être une « vilaine fille », d'être grondée, punie. D'être comme les enfants de son âge... Petit à petit, écoutant ses envies profondes et osant braver ses peurs, Valentine va prendre de l'assurance. Jusqu'à cette nuit, sa nuit, où elle va sauter le pas et accepter de grandir pour découvrir avec bonheur qu'elle peut être sage, mais pas trop !

  • En organisant le Grand concours des idées extravagantes, maître Diop donne à ses élèves une occasion de montrer leur intelligence et leur imagination. C'est aussi la chance pour Eugénie et Malinka de faire équipe : un roman sensible et juste sur l'amitié et la confiance en soi.

empty