Poésie autre

  • Les plus beaux poèmes d'amour de la langue française

    Jean Orizet

    • Librairie generale francaise
    • 7 Février 2007

    Les plus beaux poèmes d'amour de la langue françaiseDe «L'amour lointain» des troubadours jusqu'aux «Yeux d'Elsa», si profonds qu'Aragon y perdait la mémoire, notre poésie française porte en elle tout l'amour du monde. Amour de jeunesse ou de maturité, amour-passion, amour-tendresse, amour perdu et retrouvé, amour rêvé ou amour fou : voici, du XIIe siècle à nos jours, les plus beaux poèmes inspirés par le sentiment amoureux réunis dans ce livre. Le poème d'amour est sûrement le meilleur dénominateur commun entre les êtres, en tout temps et en tous lieux, parce que les mots porteurs d'amour ont valeur universelle. J. O.

  • A

    Louis Zukofsky

    • Nous
    • 6 Novembre 2020

    Livre culte, oeuvre majeure de la litte´rature ame´ricaine du vingtie`me sie`cle et aboutissement d'un immense travail de traduction qui aura dure´ une vingtaine d'anne´es, « A » est enfin accessible en franc¸ais dans son e´dition inte´grale.
    Chef-d'oeuvre de Louis Zukofsky et sommet de l'objectivisme, la publication de « A » est l'e´ve´nement poe´sie de ces dernie`res anne´es.

    Zukofsky disait de « A » : « ces mots sont ma vie » - il y aura consacre´ quarante cinq anne´es de travail.
    Oeuvre majeure de la modernite´ ame´ricaine, « A » peut e^tre lu a` la fois comme un manifeste, le te´moignage d'une vie traverse´e par les espoirs et les de´sastres du sie`cle dernier, une que^te de l'amitie´ (Ezra Pound, William Carlos Williams) et un chant d'amour pour sa femme Celia. Dans « A » se me^lent inextricablement la vie de Louis et de sa famille, les e´ve´nements historiques du vingtie`me sie`cle, la musique, une re´flexion morale et politique hante´e par la pre´sence textuelle de Marx et Spinoza. Les 24 sections qui composent « A » - 24 comme les heures d'une journe´e - re´ve`lent une me´thode de composition d'une grande audace, qui alterne le vers rime´, le vers libre, le collage, la correspondance, les citations, l'e´criture the´a^trale, l'e´criture musicale...
    Le mode`le prosodique demeure le vers de Shakespeare, son mode`le rythmique, l'art de la fugue et du contrepoint de Bach.

  • Aux Belles Lettres, le cru 2021 est essentiel, donc poétique. Dans notre format semi-poche emblématique (12,5 x 19 cm), dix recueils de vers à la parure végétale et au charme anglosaxon sont parus au fil des saisons. Ils mettent en regard une traduction choisie pour sa qualité littéraire avec des illustrations variées : photographies, dessins, reproductions de tableaux.

    Dans la série Poésie Magique, demandez par ordre d'apparition : l'adulte nouveau-né, aux chants divinement gravés ; le jeune romantique à l'épitaphe romaine ; la femme-tableau au verbe haut ; la fratrie géniale aux jeux souterrains ; l'amoureux transi, aux lettres imbibées de gin ou de bière ; l'anglaise impénitente, en goguette dans le Paris d'après-guerre ; le soldat de papier aux envolées lyriques ; l'ardente collectionneuse, de beauté entêtée ; le vieux fou aux fugues enfantines ; la mort au cours cristallin, qui fait chanter les pierres et vibrer les chagrins.

    Ces joyeux drilles forment un cercle un peu particulier - d'aucuns diraient disparu - qui rassemble dix poètes anglo-saxons versés dans le culte de l'éphémère et la contemplation de l'éternel. Citons pêle-mêle William Blake, John Keats, Christina Rossetti, Charlotte, Emily, Anne et Branwell Brontë, Dylan Thomas, Hope Mirrlees, Walt Whitman, Emily Dickinson, John Clare et Edgar Lee Masters.


    « Le monde entier est un théâtre : hommes et femmes y sont de simples acteurs, ils ont leurs entrées puis leurs sorties. Un homme au cours de sa vie endosse plusieurs rôles et sa comédie se joue sur sept âges.
    Premier âge : le nouveau-né, pleurnichant et vomissant dans les bras de sa nourrice.
    Deuxième âge : l'écolier geignard, avec son cartable et son visage propre du matin, rampant à contrecoeur comme un escargot jusqu'à l'école.
    Troisième âge : l'amoureux, soupirant telle une chaudière et composant une ritournelle pitoyable en hommage aux sourcils de son amante.
    Quatrième âge : le soldat, farci de jurons bizarres, poilu comme une bête, fier, brutal et soupe au lait, cherchant la réputation aussi soudaine qu'évanescente jusque dans la gueule des canons.
    Cinquième âge : le juge, avec une belle bedaine ronde, fourrée de bons chapons, oeil grave et barbe en pointe,achalandé de sages maximes et de clichés du jour : ainsi il joue son rôle.
    Sixième âge : il passe à la culotte décharnée et aux pantoufles du vieux fou, lunettes au nez, bourse au côté, les hauts-de-chausses de sa jeunesse bien conservés, mais bien trop larges pour des jambes atrophiées, sa grosse voix d'homme, retournant au timbre châtré de l'enfance, a le son de la flûte.
    Septième âge : la dernière scène, qui met fin à ce récit étrange et tumultueux, est la seconde enfance et le simple oubli, sans dents, sans yeux, sans goût, sans rien. »

  • Poésie

    John Donne

    • Gallimard
    • 14 Janvier 1992

    Cet ouvrage propose, en version bilingue, un choix étendu et représentatif de poèmes de John Donne, chef de file de l'école «métaphysique» anglaise, et l'un des plus grands poètes de tous les temps. La poésie de Donne sait émouvoir également dans tous les registres où elle s'exerce, aussi bien par les variations à l'infini sur des thèmes érotiques qui caractérisent les Élégies, et qu'enrichit dans les Chansons et sonnets un brillant contrepoint de mysticisme profane, que dans les accords bouleversants des Sonnets sacrés de l'âge mûr où s'épanouit, sublimée, la nature ardente du poète. La poésie de Donne, jaillie d'une sensualité impérieuse et omniprésente, s'approprie avec un bonheur rare l'appareil complexe d'images et de symboles de la science médiévale et élisabéthaine, le structurant et l'harmonisant en un univers poétique dont la raison suprême est l'amour.

  • Petits poèmes abstraits ; ego scriptor

    Paul Valéry

    • Gallimard
    • 25 Novembre 1992

    Note de l'éditeur Les Cahiers de Valéry furent écrits chaque jour (ou peu s'en faut) de 1894 à 1945, année de la mort de l'auteur, entre 4 h et 8 h du matin environ. Cette énorme masse de notes - pour la plupart des fragments - remplit 262 cahiers de formats très divers, dont l'édition en fac-similé couvre près de 26 600 pages. À plusieurs reprises, mais notamment à partir de 1921, Valéry entreprit de classer ses notes sous différentes rubriques ou chapitres, classement en vue duquel il copia puis fit copier ses textes, les relut, les annota parfois et donna à chacun un sigle correspondant à son thème majeur. Le classement de 1921-1945, laissé inachevé, reflétant ainsi l'attitude ambivalente de Valéry à l'égard de tout système clos, comprend trente rubriques (et de nombreuses sous-rubriques). L'édition thématique de la Pléiade a respecté ces rubriques, tout en faisant un choix à l'intérieur de chacune d'elles:elle n'a retenu en moyenne pour chaque rubrique qu'un dixième des notes qui s'y rapportent, les passages ayant été sélectionnés soit parce qu'ils sont caractéristiques de la pensée ou de la sensibilité de Valéry, soit pour leur beauté ou leur force (les deux critères se recouvrent souvent). À l'intérieur de chaque rubrique, les notes ont été ordonnées chronologiquement. Ce volume reproduit les trois chapitres Poèmes et PPA [Petits poèmes abstraits], Poésie et Ego scriptor tels qu'ils ont paru dans l'édition de la Pléiade (où on trouvera - également sous forme de choix - les vingt-sept autres chapitres, auxquels ont été jointes des réflexions de Valéry sur les Cahiers eux-mêmes). L'appareil critique de la Pléiade est ici refondu et enrichi de nombreux éléments nouveaux.

  • REVUE PO&SIE n.177 ; Dante : un appareil à capter l'avenir

    Revue Po&Sie

    • Belin
    • 23 Février 2022

    Le numéro 177 (2021/3, septembre 2021) s'ouvrira par deux hommages : le premier à Philippe Jaccottet (avec des inédits et des contributions de Josée-Flore Tappy, Mathilde Vischer, Fabio Pusterla, et un dessin d'Anne-Marie Jaccottet), le second à Jude Stéfan (avec des contributions de Michel Deguy, Bénédicte Gorillot, Tristan Hordé).

    Il se poursuivra par un fort dossier de poèmes français (pour plusieurs poètes il s'agira de leur première publication en revue) : Anna Ayanaglou, Bruno Aubert, Régine Borderie, Salah Diab,Alexander Dickow, Gabriel Meshkinfan, Pascal Mora, Antoine Morisod, Daniel Pozner, Jonas Waechter).

    Après des proses d'art (Christian Bonnefoi et Laurent Jenny) et des proses théoriques (Francesca Serra et Jeremy Filthuth), la revue célébrera le sept-centième anniversaire de la mort de Dante.

    Elle le fera en proposant une retraduction du Monarchia (suivi d'un texte de Cl. Mouchard sur Cl. Lefort et Dante), en publiant des articles classiques de spécialistes italiens de Dante trop mal connus en France (M. Tavoni, G. Contini), mais aussi de spécialistes français (D. Ottavinani et I. Rosier) et en interrogeant quatre grands traducteurs qui ont récemment retraduit Dante : René de Ceccatty, Michel Orcel, Danièle Robert, Jean-Charles Vegliante. Le dossier se poursuivra par des études sur Dante et certains poètes du 20ème siècle (cette partie s'ouvrira pas le texte de M. Deguy : « Réponses à un questionnaire sur Dante »).

  • épigrammes

    Martial

    • Gallimard
    • 12 Mars 1992

    Choisies et adaptées du latin par Dominique Noguez Chef-d'oeuvre du mot d'esprit, de la satire féroce, les Épigrammes de Martial ont été écrites au 1er siècle de notre ère. Véritables haïkus érotiques et drolatiques, peinture d'une humanité haute en couleur, elles sont proposées ici dans une traduction fidèle à la verdeur et à l'allégresse de l'original.
    Pour chaque épigramme, Dominique Noguez nous propose le texte latin original, une traduction littérale, et enfin sa version, plus littéraire.

    Comment a-t-il fait pour être père, dis-tu, Ce Florent qui jamais de femme n'a foutu ?
    Demande à Tartempion qui se dit écrivain Sans avoir écrit une ligne de sa main.

  • Orange Export Ltd ; 1969-1986

    ,

    • Flammarion
    • 21 Octobre 2020

    Emmanuel Hocquard (1940-2019) est l'un des grands poètes français du dernier demi-siècle : l'un de ceux qui auront contribué à repenser de fond en comble l'écriture poétique, à lui imaginer des formes et des orientations nouvelles. Parmi ses livres majeurs (tous publiés chez P. O. L), citons Les Elégies, Théorie des tables, Un test de solitude, ma haie, Une grammaire de Tanger... L'aventure d'Orange Export Ltd.
    Inaugure le parcours d'écrivain d'Emmanuel Hocquard. Fondée au début des années 1970 avec la peintre Raquel, cette minuscule maison d'édition aura joué un rôle souterrain - mais déterminant - en réunissant une constellation de poètes qui devaient s'affirmer comme des auteurs marquants de leur génération. Imprimés à la main (et à peu d'exemplaires) dans l'atelier de Malakoff, ces livres brefs témoignent aussi d'une des dernières inventions collectives de la poésie française, avant sa dissémination actuelle.
    Un volume rassemblant l'intégralité des publications d'Orange Export Ltd. , augmentées de divers documents, avait été publié chez Flammarion en 1986. C'est cet ouvrage - épuisé de longue date - que nous republions aujourd'hui à l'identique, tel qu'Emmanuel Hocquard l'avait conçu. Une importante préface de Stéphane Baquey situe l'apport de cette étonnante aventure éditoriale dans l'histoire littéraire contemporaine.

  • L'âme poétique persane

    Daryush Shayegan

    • Albin michel
    • 2 Novembre 2017

    « Pourquoi le Persan estime-t-il à tel point ses grands poètes, lesquels ont acquis chez nous une vénération quasi religieuse?
    Quelle est la nature de ce rapport intime qui lie le Persan à ses poètes dont les messages investissent tout son être et pénètrent profondément la substance de son âme? » C'est à partir de cette interrogation que Darius Shayegan, l'un des plus importants penseurs iraniens vivants, nous introduit aux cinq grands poètes persans, on pourrait presque dire les cinq « saints » de la Perse :
    Ferdowsî, qui par son Shahnameh ou Livre des rois, refonda l'identité persane en inscrivant son présent musulman dans un passé immémorial incarné par la langue persane ; Omar Khayyâm, le libre penseur mystique ; Mowlânâ Rûmî, auteur du Mesnevi, surnommé « le Coran persan » ; Sa'dî l'humaniste et Hâfez le mystérieux, incarnations de la poésie pure. Chacun représente une facette de l'âme iranienne toujours vivante, comme en témoigne l'immense succès de ce livre en Iran : neuf réimpressions en un an !

  • Je pense que la poésie c'est quelque chose que vous attendez, jusqu'à ce qu'elle vienne (...) Comme une plante qui grandit par en-dessous et que soudain vous voyez surgir dans le jardin, et vous ne saviez pas qu'elle était là, comme le printemps survenant dans un paysage tout sec.

  • Cassandre à bout portant

    Sandra Moussempes

    • Flammarion
    • 20 Janvier 2021

    Depuis ses Exercices d'incendie (1994), Sandra Moussempès poursuit son travail expérimental, ludique et grave à la fois. Elle a publié plusieurs titres aux éditions de l'Attente et quatre volumes dans la collection Poésie/Flammarion, de Vestiges de fillette (1997) à Sunny girls (2015). Je vois au loin un ciel rose et un ciel noir en moi Je remplace la poésie par des boissons protéinées Ou des cerises en gélatine pour combler un déficit Je deviens le poème que j'écris De la glotte aux muqueuses préraphaélites Poème cicatrice ou flacon d'eau de rose Dans une chambre obscure avec un dessin animé que personne ne regarde Le poème se tient là devant toi corridor sans porte A la verticale

  • À l'origine, une source, unique, précise. Le pétrarquisme jaillit de l'oeuvre et du nom de Pétrarque. Philosophe, linguiste, homme d'Église et de pouvoir, humaniste, il est aussi l'un des plus grands poètes occidentaux. Conquis par une Laure entrevue dans l'église Sainte-Claire d'Avignon en avril 1327, le poète florentin développe une nouvelle poésie d'amour où sa dame assume une dimension que l'on peut dire « moderne ». Laure meurt prématurément, la poésie de Pétrarque se libère de la menace d'amours trop sensuelles et laisse transparaître la beauté et la douleur de la passion d'un poète humain. Il perfectionne le sonnet dont il révèle toute l'élégance et la richesse. En même temps, son patriotisme et son attachement à sa langue maternelle le poussent à composer des poésies en langue Vulgaire, élevant les langues vernaculaires au rang des modèles antiques.

    Le succès de la poésie de Pétrarque est tel que, de sa source, se répand un courant littéraire pétrarquiste. L'oeuvre du Toscan se propage partout en Italie dès le xve siècle. Dans chaque ville, de nombreux poètes y puisent avant d'en renforcer le cours par de multiples productions qui rendent hommage au modèle imité. Et le courant est si fort qu'il dépasse les frontières. Il inonde les poésies française et espagnole dès le xvie siècle. Et les plus grands poètes s'y abreuvent, tandis qu'en Italie l'imitation est si diffuse qu'il est délicat, parfois, de savoir si les nouveaux poètes s'inspirent du Florentin ou des pétrarquistes locaux. Il en va bientôt de même en France où d'aucuns renient leur source d'inspiration première, forgent des courants nationaux, pour ne pas dire nationalistes. L'oeuvre de Pétrarque atteint le Portugal, les rives de l'Angleterre, puis remonte, au xviie siècle, le cours des fleuves vers l'Allemagne.

    La vague de la mode pétrarquiste n'est pas une onde régulière, et tandis qu'elle apparaît ici, elle est ailleurs au plus bas ; puis resurgit plus loin, dans le temps. Quelles sont ces voies suivies par les multiples courants pétrarquistes ? Quels poètes les empruntent ? Que reste-t-il, si loin de leur source, des vers du poète toscan ? Le livre tente de répondre à ces interrogations pour souligner, dans le même temps, la dimension pluriculturelle et évolutive de la poésie d'amour de la Renaissance - au sens large du terme -, dans une Europe en quête de langues nationales reconnues, de formes poétiques nouvelles, mais aussi, plus largement, d'identités politiques et religieuses, affermies.

  • Lutterie électrique est un livre qui porte sur des questions de poétique propres au travail du poète Samuel Rochery. Il prend la forme d'un échange entre Steve Savage et l'auteur, afin d'élucider les raisons, parfois simplement les causes, d'une position qui peut s'entendre comme la fabrication d'un instrument de lutte, fût-ce avec les moyens du bord, pour que puisse passer un courant dans la langue - au-delà de ce qu'on range déjà sous le nom de littérature. On y cherchera à savoir comment s'articule l'improvisation à l'idée du livre achevé, pourquoi et comment lier la musique rock à la poésie, en quel sens une figurine peut remplacer le personnage littéraire, en quoi le poète est lyrique (comme tout le monde), et que son lyrisme, il lui appartient d'en faire autre chose.

  • Chansons francaises de la Renaissance

    Collectif

    • Gallimard
    • 21 Juin 1991
  • Un premier ouvrage de référence pour goûter à l'impressionnante vitalité de la poésie haïtienne d'expression créole et la faire enfin accéder à l'audience plus large qu'elle mérite, à l'évidence, de rencontrer.

    «Puisse la poésie haïtienne de langue créole être connue dans les langues du monde par l'entreprise toujours à risque de la traduction. C'est pour nous un plaisir esthétique et une responsabilité citoyenne d'apporter notre contribution à cette reconnaissance internationale tant méritée".
    «Aujourd'hui, le poète haïtien de langue créole n'est plus condamné à la solitude militante des années de dictature. Son lectorat s'est élargi. Les textes sont lus ou déclamés dans des événements culturels et littéraires. [...] La presse et l'establishment littéraire haïtiens rendent plus ou moins compte de ce qui s'écrit en créole, ce qui n'est malheureusement pas encore le cas de la critique étrangère.» Mehdi Chalmers et Lyonel Trouillot

  • Titanic

    Benjamin Fondane

    • Non lieu
    • 2 Octobre 2017

    Benjamin Fondane était un sismographe, a pu écrire Maurice Roche, non pas qu'il enregistrait les secousses, mais parce qu'il les prévoyait. Ses poèmes annonçaient le désastre imminent qu'allait connaître les juifs et l'humanité tout entière. C'est particulièrement vrai du recueil Titanic, écrit en 1936, au moment où le Front populaire arrivait au pouvoir en France et où Fondane effectuait son second voyage en Argentine afin d'y tourner le film Tararira, alors qu'il espérait trouver dans ce pays une terre d'exil.

    C'est un re^ve effrayant et je m'y trouve encore.
    - Une chose mouvante et qu'on appelle Terre coule a` pic, lentement, hors du regard de l'e^tre...
    A` ba^bord, le linge se`che comme avant le de´luge, calme le jeu d'e´checs se poursuit, un pion avance, la danse dans le hall pe´ne`tre dans les chairs avec l'odeur sucre´e des tropiques... [...].

    A` cinq minutes de la fin du monde l'orchestre attaque le Tonnerre...
    La Beaute´ meurt d'e´puisement sur les genoux des spectateurs e´mus par cette Nuit savoureuse entre toutes...

  • REVUE NIOQUES n.24

    Revue Nioques

    • Fabrique
    • 9 Avril 2021

    Tandis qu'au dehors le ciel se couvre, le volume 24 de la revue Nioques donne, à travers une quinzaine de propositions, textes ou images, des nouvelles de "ce qui se passe", au centre et dans les périphéries, dehors (la rue où l'on manifeste) et dedans, à l'intime, là où l'on marche en aveugle, à travers le Temps qui fait rage. Beaucoup des textes ici réunis sont de tout jeunes écrivains, qui s'interrogent (où est l'égalité? où sommes nous ? quelle langue est la nôtre, la leur ? comment dire ? ).
    Il s'agit donc bien, comme disent certains d'entre eux, de pratiquer une sorte de "météorologie" politique et morale. Ou d'une forme d'"activisme" à la recherche, incertaine, d'un "point d'impact". A travers les méandres d'une prose bien souvent narrative mais prête à tout instant à sauter avec fracas sous les yeux du lecteur. Au sommaire : Zaffarano/ Denimal/ Jawad/ Soyer/ Keryna/ Farizier/ Cellule I.
    Song/Pozner/Marzaioli/Penblanc/Theuriet/Dyonisiou/Eligert/Savoye/Bernhardt/Sainton

  • REVUE PO&SIE n.175 ; traduire/retraduire

    Revue Po&Sie

    • Belin
    • 30 Juin 2021

    Le numéro 175 poursuit la réflexion entamée dans le numéro 174 sur la traduction et la retraduction. Inspirée des méditations de Tiphaine Samoyault sur Traduction et violence (Paris, Seuil, 2020), cette réflexion donne lieu des développements théoriques (Barbara Cassin, Giovanni Lombardo) et à de nombreuses traductions réflexives.

  • La poésie francaise du Moyen Age au XXe siècle

    Michel Jarrety

    • Puf
    • 18 Janvier 2017

    Le but de ce manuel est de montrer la cohérence d'une histoire poétique qui, du Moyen Âge jusqu'à environ 1960, privilégie l'évolution des mouvements et des formes poétiques en même temps que la présentation des grandes oeuvres. Ce manuel est une invitation à découvrir la richesse des oeuvres poétiques de langue française.

  • Appunti stretti

    Jean-Louis Jacquier-Roux

    • Les carnets du dessert de lune
    • 17 Novembre 2015

    Comme un long coucher de soleil estival, déclinant lentement dans la violence de son rayonnement, la poésie de Jean-Louis Jacquier-Roux nous entraîne vers un automne plus humain que climatique, et cherche dans autrui son reflet d'un regard impatient et d'un oeil bienveillant.
    Jean-Louis Jacquier-Roux connaît l'Italie centrale mieux que la plupart des Italiens. Curieux, inquiet, des années durant il a arpenté les bourgs médiévaux en ruine et les cités fortifiées sans rien changer à son programme. Le hasard de la conjoncture lui est souvent imposé par les « accidents du voyage » : fausses routes, édifices vus de loin, rencontres à l'improviste dans les rues. On a vraiment l'impression que de tout cela il réussit à puiser sa présence au monde, son rapport violent avec ce en quoi il s'immerge.
    Le regard de ce poète sur la vie est compassionnel, continuellement à l'affût : la « marche sur les oeufs », qui évoque un respect silencieux et sacré devant les pierres d'Assise, sa confrontation diabolique avec l'impossibilité de sauver, à chaque réveil, quelque chose de plus solide que « les plantes et les arbustes ». Une lutte au cours de laquelle il aperçoit à l'autre bout de la corde un Dieu présent et muet. C'est un combat entre la difficulté de vivre et l'amour de la vie.

  • Maudite soit la guerre !

    Collectif

    • Sous la lime
    • 13 Janvier 2016

    Un album de 21 poèmes d'auteurs très connus, comme Rimbaud, Guillevic, Eluard, et d'autres qui le sont moins, mais qui occupent cependant une place incontournable parmi les poètes contemporains, tels que Jean-Marie Berthier, Isabelle Jullian ou encore Peter Bakowski, qui dépeignent et parfois racontent crûment et sans voile, les horreurs des guerres, la funeste injustice de celles-ci pour ceux qui les font, qui ne sont jamais ceux qui les commanditent. A ce propos, la célèbre Chanson de Craone qu'interprète Claude Aufaure, illustre parfaitement le sentiment qu'éprouvèrent les poilus de la grande guerre, en majorité ouvriers et paysans jetés par centaines de milliers dans la grande « boucherie » :
    Ce s'ra votre tour, messieurs les gros De monter sur le plateau Car si vous voulez faire la guerre Payez-la de votre peau Le propos de ce CD n'est donc pas uniquement de susciter le dégoût de ce qu'engendre la guerre, mais de souligner et de condamner les vrais responsables et réels bénéficiaires des atrocités. Egalement présents dans ce disque, Arlette Humbert- Laroche, résistante morte à 30 ans dans les camps Nazis et Gaston Couté qui, dans « Le fondeur de canons », décrit la fatale condition d'un ouvrier condamné pour vivre, à fabriquer des machines de mort, texte qui s'achève ainsi :
    Ne me maudissez pas, ô mères !
    Moi je ne fais que des canons, Ça n'est pas moi qui les fais faire !

  • Bestiolerie potagère

    ,

    • Les carnets du dessert de lune
    • 29 Février 2016

    Au seuil de cet étonnant jardin, sont convoqués toutes sortes de personnages, à commencer par des philosophes familiers de l'auteur en passant par quelques poètes et même, plus curieusement, par des personnages politiques actuels. Ainsi, Aristote est appelé à la rescousse pour défendre la légitimité organique du ver de terre. Puis c'est au tour de Lorca dans une évocation de l'escargot en phase avec le jardinier rêvant d'une « révolution citoyenne » qui viendrait à bout des « salades mercantiles des puissants de ce monde ». Quant aux politiques, on y croise Hortefeux et ses « auvergnats » indésirables ou DSK au moment d'évoquer les escargots et leurs incroyables performances sexuelles.
    En lisant ces pages, on apprendra beaucoup de choses, non seulement sur l'auteur mais aussi sur la flore et la faune d'un simple jardin, sans parler de la paisible et délicate sagesse qui se dégage de cet ensemble de poèmes.

  • Cent grands poemes indiens

    K. Abhay

    • L'harmattan
    • 28 Mars 2022

    Une initiative unique, Cent grands poèmes indiens, à l'image de l'Inde, mélange les frontières. Immersion dans les images, les sons et les schémas de pensée du sous-continent, ce livre n'est pas seulement une anthologie, mais un voyage diversifié et étendu à travers trois mille ans de poésie indienne en vingt-huit langues. Soigneusement sélectionnés et édités par Abhay K., Cent grands poèmes indiens est un recueil phare.

empty